Le référentiel d’interopérabilité
de la biologie médicale

Dématérialiser les flux
de biologie

Une aide pour les professionnels de santé

Le choix des terminologies internationales

La garantie
d’échanges efficaces

Les données de référence pour la dématérialisation des flux de biologie

La dématérialisation des flux médicaux d’un laboratoire de biologie médicale nécessite le partage d’un référentiel sémantique commun entre les systèmes d’information impliqués. En effet, un examen prescrit, un élément clinique pertinent associé à cet examen, le spécimen biologique à prélever pour le réaliser et le résultat produit doivent être identifiés de manière univoque et compris sans ambiguïté non seulement par les cliniciens, les préleveurs et le personnel du laboratoire, mais aussi par les applications que ces professionnels utilisent pour prescrire, prélever, réaliser, rendre ou exploiter les résultats de l’examen.

Référentiel d’interopérabilité : une aide pour les professionnels de santé

C’est en s’appuyant sur la connaissance partagée du référentiel commun standardisé que le dossier patient informatisé (DPI) guide le prescripteur dans le choix des examens à prescrire et dans les éléments cliniques à renseigner dans la prescription, et intègre correctement les résultats obtenus dans le dossier médical du patient. C’est en exploitant ce même référentiel que le système informatique du laboratoire (SIL) planifie la réalisation de l’examen sur le plateau technique du laboratoire, en déduit le plan de prélèvements et assiste le biologiste et son équipe dans la production et l’interprétation des résultats.

LOINC, SNOMED CT, UCUM : le choix des terminologies internationales

Le caractère international des référentiels de bonnes pratiques et des standards de qualité qui encadrent l’exercice de la biologie médicale, l’existence d’une offre mondialisée de logiciels médicaux, de systèmes de gestion de laboratoires, de dispositifs médicaux de diagnostic in vitro (DMDIV) sont autant de facteurs qui imposent le choix de terminologies internationales (LOINC, SNOMED CT, UCUM, …) pour constituer le référentiel sémantique qui sous‑tend le langage commun entre ces systèmes. 

CIOlab : la garantie d’échanges efficaces

Ce référentiel existe, il s’appelle CIOlab. Il délivre la sémantique standardisée qui permet de dématérialiser les flux médicaux du laboratoire :

  • partage de catalogue d’examens et de manuel de prélèvements,
  • prescriptions ou demandes d’examens de biologie médicale,
  • plans de prélèvements associés,
  • résultats et comptes rendus d’examens.

CIOlab délivre les données de référence qui sous-tendent le circuit des examens de biologie médicale entre les logiciels concernés, pour le bénéfice des professionnels médicaux utilisateurs de ces logiciels. Ces mêmes vocabulaires structurent la communication de catalogues d’examens et manuels de prélèvements. Par l’utilisation exclusive de vocabulaires codés standardisés au plan international, et par les liens établis entre ces vocabulaires standards et les nomenclatures nationales (NABM, COFRAC), CIOlab permet aux utilisateurs d’atteindre ces trois objectifs :

  • Établir une interopérabilité sémantique efficace entre les applications du circuit de biologie médicale.
  • Abaisser les coûts de déploiement et de maintenance des liaisons informatiques entre ces applications.
  • Rendre exploitable et interprétable la traçabilité des transactions réalisées entre ces applications.

Vous souhaitez découvrir CIOlab ?
Le référentiel CIOlab peut être exploré à l’aide de la visionneuse CIOlab mise à disposition gratuitement.

L’utilisation de CIOlab dans les logiciels de biologie nécessite l’acquisition d’une licence.
Prenez contact avec notre équipe pour obtenir plus d’information.

contact@phast.fr